fr / uk

A + | -

Logo mobile Logo mobile

L'actualité du moment

22ème Semaine pour l’Emploi des Personnes Handicapées…

La SEEPH 2019 se prépare dès maintenant. Le cabinet Ariane Conseil vous propose des sensibilisations mobilisatrices, porteuses de ...

En savoir + En savoir +

Infos & actus

Analyser les contraintes de poste

25/10/2016

Des outils pour vos Politiques Handicap et santé au travail

Que l’on parle d’emploi de personnes en situation de handicap ou de d’amélioration des conditions de travail, les analyses de poste réalisées par les consultants-ergonomes Ariane Conseil ont démontré leur utilité depuis longtemps. Explications de Gaël Bardin, ergonome habilité IPRP et détenteur du titre d’ergonome européen.

Sécuriser le recrutement et l’intégration d’un collaborateur en situation de handicap

S’agissant des Politiques Handicap, nos grilles dites « grilles de compatibilité » peuvent servir à la fois le recrutement et le maintien dans l’emploi de collaborateurs en situation de handicap. Pourquoi parle-t-on de grille de compatibilité ? Parce qu’elles vont aider à évaluer et le cas échéant à construire la compatibilité entre la situation de handicap de la personne d’une part et les exigences du poste d’autre part.
« Une grille de compatibilité présente les contraintes d’un poste donné, ainsi que leurs fréquences d’apparition. Concrètement, notre équipe d’ergonomes vont procéder à des observations sur le terrain et passer en revue les exigences physiques (postures, port de charges etc.), environnementales (ambiances physiques, exigences sensorielles…), cognitives (ex : mémorisation et interruption des tâches) et organisationnelles (autonomie, productivité…) d’un poste donné », explique Gaël Bardin. Ces grilles vont permettre aux partenaires de recrutement de bien connaitre les exigences de poste et donc de proposer des candidats dans l’état de santé est peu ou prou compatibles avec les contraintes du poste… mais leur utilisation va bien au-delà.
« L’objectif des grilles est de permettre d’évaluer mais surtout de co-construire avec les parties prenantes – le candidat, le recruteur, le médecin du travail – la compatibilité entre le handicap de la personne et les contraintes du métier ».

Préparer le reclassement sur un autre poste dans la perspective d’un maintien dans l’emploi

Autre cas de figure dans lequel les grilles de compatibilité peuvent s’avérer fort utiles : le maintien dans l’emploi. Lorsqu’une personne pour des raisons de santé notamment ne peut plus tenir son poste et que l’on a identifié le poste sur lequel un reclassement serait possible, on peut se servir de la grille.
Là encore, il suffit de prendre un exemple : « nous avions identifié, pour un technicien travaillant à en milieu extérieur et qui avait des problèmes de mobilité, un poste en back office pour lequel il avait a priori toutes les compétences. Toutefois, l’échange entre le salarié, le manager et l’ergonome a permis d’identifier, à partir de la grille réalisée pour le poste pressenti que les déplacements étaient encore trop fréquents par rapport à l’état de santé du collaborateur. Forts de ce constats, le manager, en accord avec le salarié et avec les conseils de l’ergonome a aménagé le poste et les missions, de manière à limiter les déplacements » illustre Gaël Bardin.
L’intérêt des grilles est alors donc d’être un outil de référence qui sert alors de base de dialogue aux acteurs… sous réserve que l’outil soit suffisamment clair et pédagogique… et que ses objectifs soient bien compris.

Améliorer les conditions de travail et développer la prévention des risques professionnels pour tous

Indépendamment des questions de handicap, les grilles d’analyse réalisées par les ergonomes peuvent servir les politiques de santé au travail en général. On ne parle alors plus de grilles de compatibilité mais de grilles d’analyse des contraintes.
Le principe reste le même : « nos ergonomes, à partir d’une analyse de l’activité et d’entretiens avec les opérateurs vont mettre en exergue les contraintes des postes. A partir de cette analyse, nous engageons une réflexion collective, avec les équipes, sur les pistes d’amélioration. C’est d’ailleurs ce qui nous amène à dire que le travail de l’ergonome est de regarder les autres travailler… », ajoute non sans malice Gaël Bardin.

 

Partager cet article

1 pers. sur 4 est amenée à souffrir de troubles psychiques au cours de sa vie