fr / uk

A + | -

Logo mobile Logo mobile

L'actualité du moment

Mouvement pour l’inclusion des salariés porteurs de pathologies chroniques

Le thème des maladies chroniques, mis en perspective avec le vieillissement de la population, les progrès ...

En savoir + En savoir +

Infos & actus

Aborder la pénibilité au travail : outil et méthodologies

11/02/2016

Le fil d'info - Spécial Pénibilité

Les derniers décrets sur la pénibilité venant d’être publiés, les entreprises n’ont plus d’autre choix que de remplir leurs obligations. Mais lorsque l’on décide d’engager des actions en matière de pénibilité et en particulier un diagnostic, deux conditions sont pré-requises : se doter d’un bon outil d’évaluation et choisir une méthodologie adaptée à l’entreprise. Explications avec Annelise Wiart, consultante au sein du cabinet Ariane Conseil.

Vous proposez un référentiel permettant d’évaluer la pénibilité au travail… Pouvez-vous nous le présenter ?

Nous avons effectivement conçu un outil qui a largement fait ses preuves puisqu’il a vu le jour avant même les premières obligations. Aujourd’hui, il intègre bien sûr toutes les évolutions réglementaires. Nous avons voulu qu’il soit performant mais aussi simple d’utilisation et opérationnel afin que même un « non expert » puisse le prendre en main. Il évalue la pénibilité des postes sur la base des seuils définis par la loi mais également au regard de situations de contrainte . Et c’est là sa grande spécificité ! Grâce à la finesse de son analyse, l’entreprise pourra saisir le phénomène de la pénibilité dans une perspective de prévention. Par exemple, BMW Distribution, chez qui les conditions de travail sont favorables, a initié un travail de prévention alors qu’aucun de ses postes n’est considéré comme pénible  (lire l’article). Une autre de ses caractéristiques : sa souplesse. Il s’intègre facilement au Document Unique et s’adapte au contexte de l’entreprise, afin de gagner en efficacité et de favoriser l’appropriation de la démarche par les acteurs. Et bien sûr, il s’intègre à l’outil 1-ONE dont nous nous sommes rapprochés (lire l’article).

Vous parlez d’appropriation de la démarche par les acteurs. Vos approches méthodologiques les mobilisent justement…

En effet, quelle que soit la méthodologie retenue, l’implication des acteurs est  indispensable pour mener une démarche pertinente, efficace et pérenne. Mais les attentes et la maturité des entreprises variant, nous proposons plusieurs options méthodologiques. L’entreprise peut choisir de nous confier la démarche dans sa globalité. Nous recommandons alors la constitution d’un comité de pilotage ou la désignation d’un chef de projet avec lequel nous travaillons. A l’inverse, la démarche peut être menée par des collaborateurs formés par nos soins à évaluer les facteurs de pénibilité puis à dégager les pistes de solutions. Nous transmettons notre savoir-faire à plusieurs binômes, chaque binôme étant constitué d’un opérationnel et d’un représentant de la direction (RH ou QHSE par exemple) et évaluant un poste de travail. La formation peut se dérouler sur une journée ou en intersession. Pour cette dernière modalité, les participants disposent de quelques semaines pour mettre en application leurs nouveaux acquis sur le terrain. Après ce travail d’intersession, ils se retrouvent pour consolider leurs pratiques, partager le fruit de leurs observations et rechercher des pistes d’amélioration.  Si le besoin s’en fait ressentir, nous pouvons proposer une hotline. C’est une réassurance pour les apprenants.

Nous les avons accompagnés dans leur démarche pénibilité au travail :

Auchan Direct, BMW Distribution, Dia, EFS, Kaporal, LCM, MFP Services, Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, Ooshop, Pixmania, Saïka, Transgourmet, UPECAD, Wienerberger…

Découvrez les autres articles de notre newsletter pénibilité :
Chez BMW Distribution, on se préoccupe de la santé des salariés
L’UPECAD, une branche d’ores et déjà mobilisée
Dispositif pénibilité : pourquoi faire simple quand on peut simplifier !
1-One : un logiciel de pénibilité au travail

Partager cet article

1 pers. sur 4 est amenée à souffrir de troubles psychiques au cours de sa vie