fr / uk

A + | -

Logo mobile Logo mobile

L'actualité du moment

Ariane Conseil recrute

Vous recherchez une expérience stimulante, où conviction, énergie et persévérance sont de mise ? Vous souhaitez intégrer une ...

En savoir + En savoir +

Infos & actus

Les échos d'Ariane

Le post burn-out

05/10/2017

par le Dr Jean-Christophe Seznec

Seznec Jean-Christophe Paris France

Réussir son retour au travail après un burn out : un enjeu tant pour la personne que pour l’entreprise
par le Docteur Seznec Jean-Christophe

Le Burn out est une pathologie sociale particulièrement mise en avant par les médias et par le monde du travail. Il s’agit d’un trouble associant un épuisement professionnel, un sentiment d’inadéquation à son poste et une érosion de son engagement qui peut aboutir à une véritable « allergie » au travail.

Il touche plutôt les célibataires sans enfants, diplômés et bons élèves, ambitieux, compétents, exigeants, investis et connectés qui ne mettent pas de frontière entre le personnel et le professionnel. Le burn out fait partie des pathologies incluses dans les risques psycho-sociaux et relève plus globalement de la santé mentale. Ce terme est à la mode et parfois galvaudé. Il est donc nécessaire de bien enquêter pour comprendre la réelle souffrance s’exprimant dans cette plainte : relation difficile, mauvaise ambiance avec les collègues, envie de tout plaquer, travail empêché, évolution professionnelle entravée, usure, etc. En outre, cette pathologie n’est pas une dépression même si le traitement est somme toute assez comparable.

Le burn out est classé médicalement dans les troubles de l’adaptation. Cette catégorisation est importante car elle signifie que les vulnérabilités qui en font le lit, peuvent se situer autant dans les conditions de travail que chez la personne qui en souffre, mais aussi dans le lien que l’entreprise et l’individu tissent ensemble. Ces personnes présentent une usure mentale, physique, sociale et une perte de sens qui sont autant de frein à la reprise. Pour être en mesure d’interagir à nouveau avec une activité professionnelle, il est indispensable d’aborder ces quatre points.

Reprendre une activité professionnelle est nécessaire pour l’individu qui a connu un burn out.

En effet le travail est source de vertu au-delà d’une rémunération nécessaire à la vie actuelle (voir les 8 fonctions du travail ci-dessous).
Cela étant, reprendre une activité professionnelle, ce n’est pas obligatoirement reprendre le même travail dans les mêmes conditions. Cette reprise demande à s’interroger sur son désir de travail, ses besoins, ses valeurs mais aussi à traiter certaines vulnérabilités comme le perfectionnisme et à développer une flexibilité psychologique[2] et des compétences à prendre soin de soi[3].

Voici quelques questions à se poser pour reprendre le travail : Pourquoi ce travail ? Comment je travaille pour répondre à la question précédente ? C’est quoi le travail ? C’est-à-dire qu’est-ce que je mets dans mon travail pour répondre aux deux précédentes questions ?

Pour l’entreprise, au-delà de la nécessité morale et légale de prévenir les risques psycho-sociaux, c’est l’opportunité de s’interroger sur son projet d’entreprise et son management. La France possède les meilleures études sur la souffrance au travail sans que cela ait, de mon point de vue, franchement changé quelque chose sur le terrain. Un salarié heureux, considéré et consulté est plus productif et travaille mieux.

Les années 2000 ont vu exploser les normes iso et les processus. Cependant, malgré tous ces pares-feux, aucune vie professionnelle n’est efficace si on ne tient pas compte de l’humain et du vivre ensemble dans l’entreprise. Le capital humain d’une entreprise se développe et se jardine afin de donner du sens à ce qui rassemble toutes ces personnes. La reprise du travail s’effectue pas à pas et est favorisée si l’entreprise mène une véritable politique d’accompagnement. Enfin, les entreprises doivent mettre en place des procédures permettant à chacun de pouvoir exprimer une difficulté dans son travail sans que cela soit considéré comme une faiblesse mais plutôt comme une opportunité d’améliorer le fonctionnement de l’entreprise. 

Les 8 fonctions du travail

  • Une action : produire permet de structurer sa personnalité
  • Un lieu : on y trouve un lien social, culturel. On appartient à une communauté
  • Un objet : un objet d’amour. On se projette dans ce que l’on réalise
  • Un résultat : on y trouve la reconnaissance de sa valeur
  • Une évaluation : on est reconnu comme un professionnel et non comme un amateur
  • Un territoire : On cherche à le défendre mais aussi à l’agrandir.
  • Un temps : Il permet de se situer dans le temps et de structurer sa pensée
  • Un état : On y trouve un statut, plus ou moins valorisé dans la société

…………….

Jean-Christophe Seznec est médecin psychiatre libéral à Paris. Actuellement président de l’AFSCC (Association Francophone de Sciences Contextuelles et Comportementales regroupant les thérapeutes ACT), il enseigne dans différents cursus et notamment auprès de l’AFTCC (Association française de thérapies comportementales et cognitives) dont il a été membre de la commission d’enseignement. Il a aussi enseigné au sein du DESU de coaching de Paris VIII.
Créateur de la société AlteRHego en 2004, il a une grande expérience de l’entreprise et des grands groupes. Spécialiste de la transition sociale, il a mis en place de nombreux espaces d’écoutes et d’expression en cas de restructuration, fermeture de site ou événements graves. Il intervient aussi dans le cadre des risques psycho-sociaux et de la qualité de vie au travail aux côtés d’Ariane Conseil.

[1] Thérapie ACT

[2] http://docteur-seznec.over-blog.com/2017/03/comment-prendre-soin-de-soi-jour-après-jour.html

Partager cet article

1 pers. sur 4 est amenée à souffrir de troubles psychiques au cours de sa vie