fr / uk

A + | -

Logo mobile Logo mobile

L'actualité du moment

22ème Semaine pour l’Emploi des Personnes Handicapées…

La SEEPH 2019 se prépare dès maintenant. Le cabinet Ariane Conseil vous propose des sensibilisations mobilisatrices, porteuses de ...

En savoir + En savoir +

Infos & actus

Le chargé de mission handicap, un véritable chef de projet

17/07/2014

Magazine Handirect

orchestra

Dès qu’une entreprise a décidé de s’engager dans la voie d’une politique d’emploi en faveur des personnes handicapées, la question du responsable de la démarche se pose immédiatement.

Dès qu’une entreprise a décidé de s’engager dans la voie d’une politique d’emploi en faveur des personnes handicapées, la question du responsable de la démarche se pose immédiatement.

Qui sont les chargés de mission handicap ? quel est leur profil ? Le point de vue de Valérie Tran

Handirect – Est-il possible de cerner le profil de ce responsable ?

Valérie Tran – Il vient à l’esprit que ce doit être un « technicien » qui connaît le sujet du handicap, et qu’il doit avoir une sensibilité ressources humaines. Mais sa vraie mission, c’est la conduite de projet.

D’abord, parce que la problématique du handicap est un lien avec les valeurs de l’entreprise, avec sa politique humaine, avec ses modes de management. Le chargé de Mission Handicap doit donc faire le lien et garantir la cohérence de son projet avec des options stratégiques globales.

Ensuite, parce que l’enjeu d’une politique d’emploi en faveur des personnes handicapées, est bien plus de pouvoir faire évoluer les mentalités que de mettre en place des process et des outils : c’est une véritable démarche de changement.

C’est pour cela qu’il est avant tout un chef de projet, avec tout le cortège des qualités qui vont avec.

Handirect – Quelles sont ces qualités ?

VT – J’en vois trois : dimension stratégique, méthode et capacité à entraîner.

La « dimension stratégique » c’est-à-dire à la fois la hauteur de vue, et la vision prospective. L’un ne va pas sans l’autre, car pour voir loin, il faut être placé haut !

La « méthode » est indispensable à la conduite structurée et cohérente d’une démarche, quelle qu’elle soit. Un projet est un processus rigoureux qu’il faut concevoir, préparer, planifier, phaser, évaluer. Le cadre méthodologique est d’autant plus utile qu’il faut, comme c’est le cas dans une Mission Handicap, piloter en parallèle et dans l’harmonie de multiples « sous projets » : sensibilisation, communication, formation, système d’information, gestion…

La « capacité à entraîner » va exiger du chargé de Mission Handicap une solide force de conviction et de grandes qualités relationnelles. A lui de savoir repérer les alliés pour s’en faire des soutiens, voire des relais. A lui de savoir anticiper les oppositions et les obstacles. A lui d’imaginer les moyens à déployer pour fédérer et mobiliser les actions à engager pour convaincre, les stratégies de contournement.

Le profil ne serait toutefois pas complet si l’on omettait de mentionner la capacité à innover : qualité exigée assez logiquement de quelqu’un censé induire et accompagner le changement…

Handirect – Pour assumer la fonction de responsable Mission Handicap, quelles compétences faut-il présenter ?

VT – Elles doivent être multiples, puisque ses champs d’intervention touchent aussi bien à la gestion de projet, qu’aux ressources humaines ou aux aspects législatifs ou financiers. Faute de pouvoir trouver le mouton à cinq pattes, l’une d’elles est en tout cas incontournable : la gestion de projet.

Si le chargé de mission a acquis cette compétence au fil d’autres expériences, nous nous trouvons dans la situation la plus favorable, même si ces projets antérieurs concernaient des domaines tout autre que le handicap.

Mais il peut aussi acquérir cette compétence en se formant spécifiquement sur ce sujet. Dans ce cas, il vaut mieux qu’il le fasse préalablement, car tout le talent de chef de projet est requis dans la phase de préparation et de lancement de la démarche.

Ce qui est certain, c’est que si la Mission Handicap exige des compétences, elle en procure aussi : quelqu’un qui a assumé cette fonction avec succès, est capable de prendre les rênes de beaucoup d’autres projets. C’est parce que la Mission Handicap est à la fois une bonne école, qu’elle peut être un formidable tremplin professionnel.

Handirect – Pour conclure, en quoi le cabinet Ariane Conseil peut-il aider un chargé de Mission Handicap à acquérir cette compétence ?

VT – La première façon, c’est de l’accompagner dans la conception et dans la mise en œuvre de son programme d’actions. Outre les aspects techniques, la mission d’un conseil est précisément de l’aider à piloter cette démarche dans les trois dimensions que j’évoquais plus haut : stratégie, méthodologie, mobilisation des acteurs. Du coaching en quelque sorte…

Ariane Conseil propose également une formation inter-entreprises ciblée sur la conduite d’une Mission Handicap, qui apporte des réponses aux questions que se pose tout responsable, sur la manière d’animer (ou de réanimer) une démarche.

Handirect – Une dernière question : le responsable peut-il être une personne handicapée ?

VT – Je ne comprends pas la question… Ou plutôt, je crois qu’elle ne se pose même pas !

Partager cet article

1 pers. sur 4 est amenée à souffrir de troubles psychiques au cours de sa vie