fr / uk

A + | -

Logo mobile Logo mobile

L'actualité du moment

22ème Semaine pour l’Emploi des Personnes Handicapées…

La SEEPH 2019 se prépare dès maintenant. Le cabinet Ariane Conseil vous propose des sensibilisations mobilisatrices, porteuses de ...

En savoir + En savoir +

Infos & actus

Qu’est-ce qu’un diagnostic handicap ?

21/04/2014

Magazine Handirect

Il ne peut pas exister de solution « prêt-à-porter »...

Handirect – Les lecteurs d’Handirect connaissent désormais ARIANE CONSEIL. Rappelons que vous apportez votre expertise et votre aide aux entreprises qui souhaitent définir et mettre en œuvre une politique d’emploi des personnes handicapées. Le thème que nous souhaitons aborder ce mois-ci est celui du diagnostic. Qu’est-ce que c’est ? A quoi ça sert ? Comment se déroule-t-il ?

Valérie Tran – Le diagnostic est le tout premier geste que nous réalisons lors de nos interventions. Tout le monde connaît ce terme. Il est d’origine médicale. Avant d’agir, votre médecin a besoin de comprendre. Il va donc vous interroger, vous écouter attentivement, s’appuyer sur des informations objectives telles que des résultats d’analyse pour, finalement, poser un diagnostic et définir des prescriptions. Nous agissons exactement de la même manière et, j’allais dire, avec la même rigueur.

Handirect – Quelles sont les grandes étapes d’un diagnostic handicap ?
Valérie Tran – Un diagnostic s’articule autour de 3 grandes étapes et… un bonus !

Handirect – Un bonus ?!…
Valérie Tran – Le bonus, c’est l’action « diagnostic » en elle-même. Le fait d’aller rencontrer les salariés, de les écouter, d’être attentif à leur perception du sujet est déjà un signe fort. Cela montre que l’entreprise a décidé de prendre le sujet à bras-le-corps. Cela déclenche une prise de conscience qui se traduit parfois rapidement par des résultats concrets : recrutements, sollicitations de salariés handicapés n’ayant pas déclaré leur handicap…

Handirect – La première étape ?
Valérie Tran – C’est une batterie d’analyses destinées à faire un état des lieux quantitatif. Il s’agit de situer l’entreprise par rapport à l’obligation d’emploi et de cerner le profil socioprofessionnel des salariés handicapés. Nous examinons la pyramide des âges, les types de postes occupés, l’ancienneté, etc. Cette première étape s’achève par une simulation de la situation compte-tenu de la nouvelle loi.

Handirect – La deuxième étape ?
Valérie Tran – Elle est destinée à faire un état des lieux qualitatif. Elle repose essentiellement sur des questionnaires et des interviews. D’abord, il faut être à l’écoute pour comprendre de quelle manière est abordé le handicap à tous les moments clés du management : recrutement, suivi, évolution de carrière, maintien dans l’emploi. Ensuite, il faut savoir comment les salariés se représentent le handicap ; ce qu’ils en connaissent, ce qu’ils en imaginent, ce qu’ils en comprennent. Enfin, il s’agit de connaître avec précision les postes de l’entreprise et d’identifier leur degré de compatibilité en fonction des différents types de handicap. En clair, certains handicaps n’auront aucune incidence sur la tenue du poste. D’autres seront « jouables » à quelques conditions prêt.

Handirect – Reste la troisième étape ?
Valérie Tran – La troisième étape est destinée à répondre à la question du « comment ? ». Elle se traduit par des préconisations d’actions et un programme d’actions fixant des objectifs, des moyens et des échéances. Pour être complet, j’ajouterai que ce programme est une base indispensable à la conclusion d’un Accord d’entreprise.

Handirect – Pour conclure, pouvez-vous me définir ce qu’est un bon diagnostic handicap ?
Valérie Tran – Un bon diagnostic est un acte « sur mesure ». Chacun le sent bien, il ne peut pas exister de solution « prêt-à-porter ». Un bon diagnostic déclenche une prise de conscience. Je l’ai dit plus haut, c’est un signal fort qui fait déjà partie du programme d’actions.

Un bon diagnostic fait participer les collaborateurs. En cela, il facilite l’adhésion de tous au moment de mettre en œuvre le programme d’actions.

Partager cet article

1 pers. sur 4 est amenée à souffrir de troubles psychiques au cours de sa vie