fr / uk

A + | -

Logo mobile Logo mobile

L'actualité du moment

22ème Semaine pour l’Emploi des Personnes Handicapées…

La SEEPH 2019 se prépare dès maintenant. Le cabinet Ariane Conseil vous propose des sensibilisations mobilisatrices, porteuses de ...

En savoir + En savoir +

Infos & actus

Pénibilité au travail : un nouveau défi RH

17/02/2012

Revue Personnel - ANDRH

Quels que soient la taille de l’entreprise et son secteur d’activité, l’employeur à l’obligation de consigner dans son Document Unique d'Evaluation des Risques la proportion des salariés exposés à la pénibilité dans son entreprise et l’actualiser dans le cadre de la mise à jour du Document Unique.

La pénibilité au travail, véritable sujet d’actualité, est au centre des préoccupations des entreprises. Il ne leur reste que quelques semaines pour se mettre en conformité avec leurs nouvelles obligations. Le cabinet Ariane Conseil propose un accompagnement personnalisé en phase avec leurs besoins. Le point avec Valérie Tran, dirigeante du cabinet Ariane Conseil.

Quelles sont les entreprises concernées par ces nouvelles obligations ?
Chaque établissement, quel que soit son effectif, est tenu d’évaluer le nombre de salariés exposés. Cela passe par la mise en place d’une traçabilité de la pénibilité d’ici 2013 via une fiche individuelle d’exposition pour chaque travailleur exposé à un ou plusieurs  facteurs de risques professionnels. Cette fiche doit consigner les conditions de pénibilité auxquelles le travailleur est exposé. Elle doit contenir également les périodes au cours de laquelle cette exposition est survenue ainsi que les mesures de prévention mises en œuvre pour éliminer ou réduire ces facteurs.
Les entreprises d’au moins 50 salariés sont concernées par une seconde obligation. A partir de janvier 2012, elles devront négocier un accord collectif ou adopter un plan d’actions pour prévenir la pénibilité au travail dès lors que plus de 50% de leurs salariés sont exposés à des facteurs de pénibilité.

Beaucoup pensent qu’il faut agir uniquement pour répondre à ces obligations légales. N’est-ce pas justement l’occasion pour elles de faire de ces contraintes réglementaires un levier de performance ?
Absolument. Les enjeux ne sont pas uniquement juridiques et financiers. Préserver la santé et les capacités des salariés dans un contexte d’allongement de la vie professionnelle est un vrai défi RH. Certains dirigeants et DRH ont d’ailleurs pris conscience que développer une politique de prévention de la pénibilité du travail suppose de porter un regard sur les enjeux pour les salariés et pour la performance de l’entreprise : quels effets sur la santé des salariés ? Quels coûts pour l’entreprise ? Quels impacts sur le climat social et les relations de travail ? Quelles incidences sur l’évolution du fonctionnement de l’entreprise ? D’autant que la pénibilité au travail concerne une part non négligeable des travailleurs.

Concrètement, comment Ariane Conseil accompagne ces entreprises ?
Nous proposons à nos clients des solutions adaptées à leurs besoins. Certains nous demandent de les aider à élaborer leur fiche individuelle d’exposition, d’autres à cerner si l’entreprise est assujettie à l’obligation d’accord ou de plan d’action.
Nous les accompagnons également dans une étape incontournable, celle du diagnostic. Toute démarche anti-pénibilité doit impérativement être précédée d’un diagnostic qui va permettre à l’entreprise de recueillir les informations indispensables à l’élaboration du plan d’actions ou de l’accord : calculer la proportion d’effectif exposé, positionner les postes selon leur indice de pénibilité, mesurer, pour chaque poste étudié, le degré d’exposition aux différents facteurs de pénibilité. Au-delà de cela, le diagnostic présente un autre avantage et non des moindres : objectiver et légitimer les propositions dans le cadre des négociations entre les partenaires sociaux. Enfin, nous aidons les entreprises à construite leur plan d’actions et les accompagnons dans sa mise en œuvre.

Vous proposez différentes méthodologie pour le diagnostic pénibilité
En effet, nous pensons que la méthodologie doit être en phase avec le contexte, la stratégie et  la maturité de l’entreprise. Deux options s’offrent ainsi à elle : l’entreprise peut nous confier la réalisation du diagnostic. Le diagnostic peut être pris en charge par des acteurs internes non spécialistes, formés et outillés dans le cadre d’une formation/action dispensée par nos consultants. Quelle que soit l’approche retenue, il est fondamental de se doter des bons outils de mesure. Nous avons dans ce sens conçu et développé un référentiel qui couvre l’ensemble des facteurs de pénibilité : au-delà des critères définis par les textes, il peut permettre d’aborder les facteurs de pénibilité relatifs à la charge mentale. Il intègre aussi les décrets et normes existantes et les données scientifiques faisant consensus.

Selon vous, quels sont les facteurs clés de réussite d’une démarche anti-pénibilité ?
La réussite relève avant tout de l’implication de tous et en particulier de la Direction, des partenaires sociaux, des lignes managériales, des services de santé au travail, ergonomes et psychologues. Ensuite, pour être efficace, la démarche doit s’inscrire sur le long terme et doit se traduire par un fonctionnement en mode projet, ordonnancé et structuré.

 

Petit déjeuner Santé au Travail : prochain RV
Quels que soient la taille de l’entreprise et son secteur d’activité, l’employeur à l’obligation de consigner dans son Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels (DUERP) la proportion des salariés exposés à la pénibilité dans son entreprise et l’actualiser dans le cadre de la mise à jour du Document Unique.

Ariane Conseil organise un petit déjeuner (gratuit) sur la mise à jour du Document Unique d’Evaluation des Risques
Mardi 6 mars 2012 de 9h à 11h – Hôtel Banke à Paris

Renseignements et inscriptions : Lucia Moirand – l.moirand@arianeconseil.fr – 04 74 28 88 64

 

Partager cet article

1 pers. sur 4 est amenée à souffrir de troubles psychiques au cours de sa vie